Pringles ou comment aller contre les standards e-pub

La règle numéro un d’un format e-pub est… de faire cliquer, pour rediriger vers un site de destination.
Certes, nous avons pu observer ces dernières années le développement de formats « riches » permettant à l’internaute de vivre une expérience avec la marque directement depuis le site support.
Cependant, de là à concevoir un format e-pub classique (pavé 300×250) avec… aucun lien vers un site de destination, il y avait un pas.
Pringles a osé franchir cette étape en utilisant l’espace du pavé pour un format composé d’une image, et d’un texte…. Un très long texte, qui n’en finit pas de s’afficher, au fil des clics de l’internaute.
L’internaute clique donc bien sur le format, mais c’est quasiment sans fin, en restant toujours sur le support.
Un format malin qui aura permi à l’agence Bridge Worldwide de remporter son premier Lion d’or à festival pub de Cannes la semaine dernière.
Une belle preuve qu’au dela de la création graphique, un simple concept accompagné d’un bon texte peuvent valoir toutes les animations derniers cris…
Ci-dessous le format, allez, et n’arrêtez pas de cliquer surtout :).

Un configurateur de Volkswagen utilisant twitter

Initiative intéressante de la part de Volkswagen :
Ils ont créé une bannière interactive personnalisée qui scanne le compte Twitter saisi et qui propose alors le modèle correspondant au compte Twitter renseigné en fonction de certains keywords identifiés.

Bon, bizarrement le test sur les tweets de NetMarketing ne donne rien… 😉

Ciblage comportemental, vie privée et Obama


Je vous parlais l’autre jour de ciblage comportemental et plus particulièrement de retargeting. L’un des impacts négatif de cette publicité etait le respect de la vie privée. Il semble que ce soit l’un des sujets favoris de Barack Obama. Il a même, nommé à la tête de la Federal Trade Commission (FTC), un passionné dans ce domaine : Jonathan Leibowitz. Un projet de loi serait en cours pour imposer de nouvelles restrictions sur la façon dont les cybermarchands utilisent les données pour adresser aux clients des publicités et offres ciblées, et qui limiterait le ciblage comportemental aux internautes l’ayant accepté en opt-in.

En gros, pour faire du ciblage comportemental, il faudra demander à l’internaute si il accepte que sa navigation soit pistée et utilisée à des fins commerciales :autant annoncer la mort du ciblage comportemental !

Je ne vais pas dire ce que c’est une mauvaise chose, je vais plutôt dire : profitons en pendant qu’il en est encore temps !!

Source : JDN Ce que Barack Obama va changer au e-commerce

Retargeting ? Jusqu’où aller et pour quels resultats ?


La définition : Le retargeting est une technique de publicité comportementale qui consiste à retoucher un internaute une seconde fois.(ou plus) Il existe plusieurs niveaux de retargeting :

  • le premier est de soumettre l’internaute à une seconde publicité en fonction de son comportement à la première (lead ou pas)
  • Le second consiste à retoucher l’internaute qui est passé par la home de votre site
  • Le 3eme est plus pointu, il permet de retoucher un internaute qui a visualisé un produit en lui proposant une publicité de ce même produit ou des produits similaires

Vous imaginez bien l’impact que peut avoir ce type de publicité sachant que près de 97% des internautes quittent un site marchand sans acheter !
C’est le rêve de tout annonceur ! Avoir une seconde chance de faire bonne impression. Selon Criteo, les taux de clic sur les bannières du 3eme type seraient entre 0,6% et 2,5%, avec un taux de transformation (car c’est finalement ce qui nous intéresse) de 2 à 5%.
Il existe plusieurs modèles économiques : le CPC entre 0,15 et 0,20€ ou à la perf en fonction de vous couts d’acquisition.

A tester donc… mais cela soulève pas mal de questions :

Pour l’annonceur :
Est ce que je ne vais pas cannibaliser mes ventes ? Est ce que je vais payer plus cher des internautes qui seraient revenus sur le nom de marque ?

Pour l’internaute :
L’impression d’être suivi dans sa navigation, le retour de Big Brother ! Cette impression est renforcé par le fait que ces bannières se ressemblent toutes ! Il identifie surement un seul et même acteur derrière… Est ce que cela à un impact négatif sur la marque ?

Et pour quels résultats ?
Nous manquons pour l’instant de recul pour affirmer quoi que ce soit mais on peut constater que de gros annonceur ROIste (les plus grands VPCiste : La Redoute, 3 suisses…) ont tester et utilisent toujours cette technique, ça veut dire qu’ils s’y retrouvent !

A l’heure ou Internet est le média de comparaison par excellence, les annonceurs vont se battre pour apparaitre à la place de leurs concurrents et les enchères vont surement grimper !! Critéo l’a d’ailleurs très bien compris… source :JDN

Du rififi dans le SEO !

Le petit monde du SEO est en pleine ébullition avec deux nouvelles qui viennent modifier certaines pratiques.

SEO Google Page Rank
  • Google ne tient plus compte de l’attribut nofollow pour la redistribution du Page Rank

L’attribut nofollow est encore utilisé et les crawlers ne suivent pas plus les liens qu’auparavant. Cependant, il n’est plus possible de jouer avec les attributs nofollow pour redistitribuer et aiguiller comme on le veut son « capital Page Rank« .
Il devient donc inutile de faire du « PR sculting » car il vaut mieux renvoyer du page rank même sur des pages moins importantes que de perdre ce « capital page rank« .
Vous trouverez une explication plus détaillée ici.

  • Google tient compte des liens JavaScript

Et notamment des liens JavaScript OnClick, ce qui permet l’indexation des pages pointées par ces liens OnClick sans action nécessaire de la part de référenceurs (qui avaient déjà trouvé quelques parades en passant l’url hors de l’évènement javascript).
Vous trouverez une explication plus détaillée ici.

Il semble que Google continue à modifier son Algorithme en permanence de façon a ce que les développeurs ne puissent le manipuler en l’influençant et en contournant les modes de calculs du page rank.

Merci à 2fik pour les échanges sur le sujet

Publicité Responsable : Buzz Dove, le retour de flamme par Greenpeace !

Après un buzz plutôt réussi, et avoir tenté de s’imposer en marque responsable avec des messages comme « Parlez à votre fille avant que quelqu’un d’autre ne s’en charge » et « Pour toute les beautés » Dove se reprend le « buzz-boomerang » en pleine tête.

Continuer la lecture de Publicité Responsable : Buzz Dove, le retour de flamme par Greenpeace !