Un site Renault dédié aux publivores

C’est les enfants de la pub qui vont être contents ! Et plus particulièrement les sympathisants Renault. Le constructeur français surfe sur le goût prononcé des internautes pour les publicités en leur proposant un site retraçant plus d’un demi-siècle de communication.

On réclame la pub ! étanchera la soif des publivores qui ont du mal à mettre la main sur leurs pubs préférées. Ce site, en ligne depuis deux ans, intègre la totalité des publicités presse et TV du constructeur français, ainsi que quelques publicités de nos voisins européens.

Le petit « plus » Renault : moyennant inscription, le site permet aux internautes de découvrir en avant première les dernières campagnes. On regrettera cependant l’absence du fameux lien « envoyer à un ami » qui aurait pu générer un trafic certain auprès des internautes fans de la marque au losange.

Une excellente initiative donc, qui poussera certainement d’autres annonceurs à mettre en place ce type de site.

Comment s’organise un buzz (1) : l’exemple de « You pay You die « 

Peut être avez vous remarquez (et là je m’adresse aux parisiens) des affiches intrigantes « You pay you die » dans le métro ? Peut être vous êtes vous questionnez ? Qu’est ce que la 1ère serie sexy trash du web ? Qui l’organise ? Pourquoi ?
Voila l’objectif du buzz : vous interpellez, allumer dans vos yeux la flamme de la curiosité, accrochez votre regard !

Pour vous les étudiants MCI (Marketing et Commerce sur Internet) ont décidé d’en savoir plus.

Nous nous sommes rendu, invitation en poche, à l’avant première au 9 rue du 29 Juillet.
Une petit pièce toute blanche nous attendait, quelques personnes s’affairant autour du bar, un bras déchiqueté trainant sur la table nous mets dans l’ambiance. On entre. Accueil chaleureux : Darkplanneur et SerialBuzzeur nous remercie d’être venu si nombreux. Le temps de boire une ou deux sangrias (pour rester dans le gore), le film commence. On découvre enfin la 1ere serie sexy trash du web.

Elle sera constitué de 3 épisodes avec la grande révélation le 15 décembre. Le mystère qui entoure cette série reste entier.
A suivre …

Les métaverses : L’internet de demain ?

Devant, le succès incroyable des métaverses comme Second Life qui compte plus de 1 millions de participants avec une croissance mensuelle de 36% d’utilisateurs en plus par mois, il est nécessaire de comprendre le phénomène et de voir toutes les opportunités que tout cela nous permet d’entrevoir d’un point de vue marketing.

Sommes nous en train de passer du e-marketing au v-marketing (pour virtuel marketing) ?

Pour commencer, rien de tel qu’une petite définition:
Un métaverse est une représentation 3D électronique d’un environnement réel ou fictif, peuplée par de vraies personnes et programmes.
Sur une telle plateforme, il est possible non seulement d’interagir avec l’environnement comme dans la réalité, mais il est également possible d’interagir avec d’autres participants dans le un monde réel en 3D. Un métaverse est donc beaucoup plus qu’un jeu.
Philip Rosedale, le fondateur de Secondlife avait déclaré « Je ne construis pas un jeu mais un pays«  lors du lancement de ce métaverse.

Comment appréhender ce phénomène, quelles évolutions futures cela nous laisse il présager ?
Les entreprises investissent massivement l’univers de secondlife, en 2006 elles sont 12 784 à y exercer une activité virtuelle.

Pourquoi un tel engouement?

Les métaverses offrent de nouvelles opportunités dans la relation client, le marketing, la vente, la communication,…
Plusieurs opportunités sont dés à présent identifiables :

  • Relation client :

Au niveau de la relation client, les entreprises utilisent seconlife comme un laboratoire pour leurs produits.
Starwood (Chaînes d’hôtels Le Méridion et Sheraton) va lancer une nouvelle chaîne d’hôtel virtuelle dans le but d’observer et d’analyser le comportement et les déplacements des individus pour optimiser le design et l’agencement des locaux réels. Starwood récupérera aussi les retours d’expériences sur un blog dédié. incite également les visiteurs de son loft virtuel à partager leurs retours d’expériences sur le blog dédié au projet : Virtualaloft.com.

  • Marketing :

Au niveau du marketing énormément d’opportunités se profilent.

Les métaverses permettent d’aller plus loin dans l’expérience client on line. Les métaverses peuvent permettre de promouvoir des produits et services avec une expérience client beaucoup plus forte qu’un Myspace ou You Tube .
Prenons l’exemple de Warner Bross qui permet à certains VIP de se réunir pour des concerts privés en exclusivités. Certains concerts sont aussi retransmis en direct.

Les métaverses peuvent aussi de convertir l’achat virtuel en achat réel . American apparel, par exemple propose aux participants d’acheter des vétements virtuels pour habiller les avatars ( environ 1 $) ce qui donne droit à une réduction de 15% sur les achats réels.

Il est aussi possible d’identifier et toucher de nouvelles cibles, en effet des communautés virtuelles se forment sur Second Life et il est intéressant de les identifier et de les utiliser pour pouvoir promouvoir ses produits.

  • Communication :

Mettre en place des meetings virtuels, relayer son discours sur un autre média comme l’a fait Mark Warner, candidat potentiel aux primaires démocrates pour la présidentielle de 2008.

  • Changer l’expérience d’achat en ligne – Du business « Click&Virtuel » ?:

Les métaverses permettent aussi d’introduire une nouvelle maniére de vendre. Amazon, grand innovateur sur le web, pourrait proposer à terme des rayons virtuels en ligne.

  • Du business « Pure Virtuel » :

Et dans tout ça, il y a des parfaits inconnus qui engrangent des revenus réels pour des produits et services virtuels. Selon, Business Week ils seraient environs 3000 résidents à gagner en moyenne 20 000 US $ par an. Ils proposent des services comme la location de terrains, la vente d’objets,…

Un trés bon dossier de zdnet nous permet de voir plus en détail certains exemple cités ci-dessus.

Une nouvelle chaîne de valeur : On passe d’une expérience intégrée à une expérience immersive, destructurée et étendue.

Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir l’évolution de la chaîne de valeur vue par Fred Cavazza .

Quels types de mondes virtuels ?
Il existe différents types de mondes virtuels :

Le buzz à l’honneur !

La Nuit du Buzz

La premiére nuit du buzz aura lieu au CAB à Paris, mercredi 13 décembre.
L’objectif est de réunir tous ceux qui font vivre le buzz…
De belles rencontres en perspectives !!

Pour vous inscrire c’est ici.

En attendant, vous allez pouvoir voter pour les meilleurs coup de buzz 2005.
Et pour ceux qui voudraient en savoir plus sur le buzz, voici une définition de wikipédia et un dossier d’ABC Netmarketing sur le marketing viral.

Enfin un ordinateur pour les seniors

Fini le temps où mamie nous appelait paniquée pour venir débugger l’ordinateur !

Ordissimo à développé une interface utilisateur extrêmement simple basée sur linux, ce qui demande beaucoup moins de ressource qu’un Windows XP et donc qui permet d’avoir une machine moins chère !

Cette innovation devrait plaire au e-marketeurs, permettant ainsi de simplifier l’accés à internet à nos seniors.
En effet, pour l’instant, ils sont sous représentés sur internet, on dénombre uniquement 22% d’internautes de plus de 50 ans en france alors qu’ils représentent plus de 40% de la population française (JDN). Quoi qu’il en soit (Ordisimo ou pas) , les seniors seront de plus en plus connecté sur internet et deviendront potentiellement plus atteignables par les campagnes onlines.

Il faudra toutefois songer à eux et faciliter la transaction sur votre site car cette cible met plus de temps à effectuer les transactions sur internet et abandonne une fois sur deux devant la complexité de la tâche. (Etude Temesis)

Startup 2.0, une tarte à la créme ?

On parle de Bulle 2.0, le monde du web est en ébullition, de nombreux business models se cherchent,…

C’est le moment d’investir, de réveiller son instinct d’entrepreneur !
Mais dans cette jungle d’informations difficile de savoir où aller, quel concept tenter, quel nom choisir, quel business model essayer,…
Heureusement tel un phare qui guide ces entrepreneurs en manque de créativité, L’incubateur 2.0 de startup est là !

Une promesse client trés forte :

« Créez votre start-up et devenir riche en 9 clics. Levée de fonds garantie en 48h. Revente en 3 mois.
Capacité d’incubation: 12 348 nouvelles start-ups par jour. Satisfait ou remboursé . »

Comment ne pas être séduit.
Exit les bussiness plans fastidieux, les web agencies et tout le tintouin, c’est trop web 1.0 !

Plus serieusement, un guide trés complet paru sur le Journal du Net explique comment monétiser l’audience de son blog.
Trés complet, il passe en revue les liens sponsorisés, les programmes d’affiliations, les régies publicitaires (pour gros bloggeurs uniquement), la vente directe, les réseaux de bloggeurs et les boutiques de type zlio.

L’identité numérique

On parlait d’identité numérique dans le billet précédent.

Fred Cavazza propose une définition trés interssante (je recommande 😉
En gros, l’identité numérique est constituée de toutes les bribes d’informations que l’on laisse sur internet.
Selon lui,

nous allons donc progressivement devoir acquérir une vision à 360° de toutes les traces que nous laissons au quotidien de manière à maitriser l’image que l’on donne de nous même

Il dresse le schéma suivant :

((/images/276533601_b0bfdd0135_o.jpg

Je pense qu’a l’heure actuelle, les informations que l’on laisse sont vraiement trop fragmentées et indépendantes pour que l’on puisse toutes les relier entres elles et à nous.
Donc pour l’instant l’identité numérique serait, à mon sens, plutôt le « bruit » qui est généré autour de notre nom.
Nous n’en sommes pas encore à l’ identité numérique à 360° mais on s’en approche trés rapidement.

Le web 2.0 vu par les entreprenneurs et les personnalités de l’internet.

Une vidéo d’interview des entreprenneurs de l’internet.

On parle ici un peu de Bulle2.0.

On constate une grosse euphorie, des investissemments qui s’accélèrent et une économie qui repart fort.
Cependant, les entreprenautes sont sereins, on est loin de la bulle 1.0,on sait aujourd’hui comment gagner de l’argent, le web tient ses promesses, les conditions d’intoduction au Nasdaq se sont renforcées, ce ne sont plus des petits porteurs qui possèdent les titres et de ce fait, une panique telle qu’en 2001 n’est plus à prévoir.
Toutefois, des pertes sont à prévoir, de nombreux services se lancent sans business model solide ou copient des services déja existants.

Au niveau des tendances, on assiste aussi à:

  • Une Interopérabilité croissante.
  • Un besoin d’ identité numérique
  • L’émergeance des UGC (user generated content) qui sont réellement des contenus à valeur ajoutée
  • Produits et services qui trouvent des utilisateurs partout dans le monde
  • Le syndrôme « Me too » : La copie de services qui existent déja
  • La démocratisation du phénomène (blog): Les amateurs peuvent vraiement peser
  • L’emmergence de la vidéo 2.0 (La TV va changer et les grandes chaînes n’ont pas anticipé le changement , les contenus sont déjà différents)
  • L’avènement du RSS ( Il reste encore beaucoup de choses à faire, comme par exemple le tri dans l’information )
  • La recherche de nouvelles technologies et de nouveaux modèles économiques

Etaient présents :