Pourquoi Apple est parano

Rappelez-vous la publicité de l’iPhone 3G, ou celle de son grand frêre l’iPhone 3GS. On y découvre un univers ultra sécurisé, faisant penser à des installations militaires secrètes.

Et bien d’après deux journalistes du New York Times, la vérité ne serait pas si éloignée que ça. Apple ne ménage pas ses ardeurs pour garder ses développements et nouveaux produits au secret.

Tous les employés sont équipés de badges leur autorisant ou non certaines zones du campus de Cupertino, et permettant d’identifier à n’importe quel moment qui se trouve où. Ceux qui travaillent sur les nouveaux produits doivent le faire sous des bâches noires et opaques pour éviter toute fuite. Si la bâche est trop écartée d’un produit, une alarme retentit. Beaucoup d’anciens employés décrivent cette politique comme une paranoïa aiguë et chacun a peur de perdre son job à tout moment ou de se faire attaquer à la moindre erreur. Une véritable culture de la peur a été mise en place.

Pour ma part, je comprends tout à fait cette philosophie et cet état d’esprit fortement influencé par le caractère de Steve Jobs. J’y vois deux raisons :

  • La première, c’est tout simplement pour protéger ses propriétés intellectuelles et éviter de divulguer aux concurrents des informations qui ne sont pas encore rendues publiques. Le secteur de l’informatique est impitoyable, bon nombre de produits et logiciels se retrouvent copiés par la concurrence, parfois avant même leur sortie.
  • La deuxième, et c’est là que ça devient intéressant, c’est que l’effet d’annonce fait partie intégrante de la stratégie d’Apple. Ils souhaitent garder un contrôle absolu et dévoiler leurs nouveautés comme ils le souhaitent et quand ils le souhaitent. Et ils sont très bon à ce jeu là. En témoigne l’effervescence sans cesse renouvelée avant leurs keynotes.

Et c’est bien ça qui fait rêver les fans et entretient le mythe. Se dire qu’Apple est capable de sortir un produit révolutionnaire comme le macintosh ou plus récemment l’iPhone du jour au lendemain, comme ça, sans préavis.

Via

Publié par

Benjamin Tournand

Passionné par internet, je suis actuellement consultant e-commerce chez Araok. J'accompagne les entreprises qui font déjà ou souhaitent se lancer dans le e-commerce : AMOA, cahier des charges, conception de site, optimisation, business plan, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *